Lesquerde,

Lesquerda

Voir la liste des communes

Le rocher au sommet du village

Superficie et situation géographique

Lesquerde est une commune de 1567 hectares située en Fenouillèdes, dans le canton de Saint-Paul-de-Fenouillet. Son territoire est très allongé de l’est à l’ouest. Toute la limite nord (avec Saint-Paul et Maury) est constituée d’une ligne de crête calcaire souvent très spectaculaire, notamment à la Serre de l’Artigue del Baurien, qui domine le village. Cette ligne est percée par le cours de l’Agly, qui y trace les gorges de la Fou, permettant de rejoindre Saint-Paul. Le village, que surplombe un gros rocher ferreux, descend brutalement vers le cimetière et une petite plaine. Ensuite, vers le sud, si on excepte l’Agly à l’ouest, on remonte vers des crêtes boisées, beaucoup moins hautes cependant que celles du nord.

Communes limitrophes : Saint-Paul-de-Fenouillet, Maury, Rasiguères, Lansac, Saint-Arnac, Saint-Martin.

Première mention historique et origine du nom

La première mention connue semble très tardive : on cite généralement La Squerda en 1395. Attesté en catalan sous la forme esquerda, le terme désigne une fissure, une entaille dans la roche, une crevasse, une crête très entaillée (il a aussi le sens d’éclat de pierre). Il vient du francique *skarda, qui a donné le français écharde.

Les recensements

Année :

2004

1999

1990

1982

1962

1901

1836

Habitants :

138

133

124

149

202

182

172

Bref aperçu historique

Divers vestiges montrent une occupation très ancienne du territoire : gisement du néolithique récent au col de Pourteil (meules de granit, céramique, pierres taillées) ; oppidum sur la serre de l’Artigue del Baurien, datable du premier âge du fer. La présence de cet oppidum non loin des mines de fer peut laisser penser que certains gisements étaient déjà exploités avant même la colonisation romaine.

Aucune donnée en ma possession pour la période médiévale, sinon l’existence de 8 feux (chefs de famille) dans la seconde moitié du XIVe siècle. On peut cependant s’apercevoir que le village a été fortifié (présence d’une porte sur le côté ouest de la rue principale). On notera aussi l’existence d’une église romane au cimetière, très en contrebas du village, qui pourrait laisser penser que la population se serait d’abord regroupée en cet endroit, avant de gagner des hauteurs plus sûres et mieux défendues.

En 1686, la seigneurie de Lesquerde est partagée entre le roi et le commandeur d’Homps (commanderie des chevaliers de l’ordre de Malte). Le fait que l’ordre de Malte ait possédé des biens à Lesquerde laisse penser qu’au Moyen Âge le village avait appartenu aux Templiers avant la dissolution de l’ordre, ce qui n’aurait rien d’étonnant puisque c’est le cas pour le village voisin de Saint-Arnac. Pour en revenir en 1686, le roi possède le droit de justice, tandis que la seigneurie directe se partage entre lui et le commandeur d’Homps. La communauté villageoise dispose, moyennant une censive de quatre sols, d’une devèse commençant au lieu-dit la Roqueplate. Les habitants ont également le droit de dépaissance sur tout le territoire, le droit de chasser, de pêcher, de faire du bois qu’ils peuvent soit vendre, soit utiliser pour leurs propres besoins. Le village possède une fontaine et son consul s’appelle Jean Antoine Prat.

En 1750 le village compte 70 habitants. On y produit 300 setiers de froment, de l’orge, du seigle et de l’avoine en quantité suffisante pour la nourriture des habitants, ainsi que 200 charges de vin. L’une des richesses de Lesquerde a toujours été ses mines de fer, mentionnées en 1759 comme étant très anciennes. Elles étaient exploitées dans la première moitié du XXe siècle par la Société des mines de fer de Lesquerde. Le minerai était acheminé vers la gare de Saint-Paul par un câble aérien. Cette reprise de l’exploitation du fer s’accompagne d’une croissance démographique, puisque c’est en 1921 que la population était la plus importante, avec 227 habitants. Outre diverses carrières, l’autre richesse minérale de Lesquerde est le gypse, encore extrait aujourd’hui par la société Bournet (environ 30 000 tonnes par an).

Reste qu’aujourd’hui la principale richesse de Lesquerde est le vin, avec une importante cave aux produits réputés. L’AOC Lesquerde (vins rouges uniquement) regroupe tout ou partie des territoires de Lesquerde, Rasiguères et Lansac. La cave de Lesquerde produit aussi des vins doux naturels (appellations rivesaltes et muscat de Rivesaltes).

L’église paroissiale

Elle est dédiée à la Vierge de l’Assomption. Première mention connue en 1412. L’édifice actuel semble assez récent (XVIIIe ou XIXe siècle ?). On y accède par une porte située au bas d’un clocher-tour quadrangulaire assez peu élégant. L’enduit extérieur de l’église proprement dite est agrémenté de fragments de tuile. Le mobilier, très maigre, n’offre aucun intérêt.

Autres monuments et lieux à visiter

Lorsqu’on vient de Saint-Paul-de-Fenouillet, on passe par les gorges de la Fou (à ne pas confondre avec celles du Vallespir), la limite entre Saint-Paul et Lesquerde se trouvant au célèbre pont de la Fou, que certains disent d’origine romaine, ce qui n’est certainement pas le cas. Son arche a en tout cas résisté à toutes les inondations. De là partent diverses routes allant soit à Saint-Martin, soit à Saint-Arnac, soit à Lesquerde (D.19). À l’entrée et à la sortie du village, on remarque quelques maisons coquettes. Si on monte dans Lesquerde, on s’aperçoit de l’omniprésence d’une roche noirâtre, ferreuse, en particulier avec un gros rocher dominant le village. Si on descend, on arrive au cimetière, avec une église romane à abside semi-circulaire, peut-être d’origine préromane, dont on remarquera la jolie petite porte à ferrures. Plusieurs promenades à pied sont possibles. À noter que Lesquerde se trouve sur le tracé du tour du Fenouillèdes. On n’oubliera pas enfin d’aller faire un tour à la cave des Vignerons de Lesquerde.

L’église du cimetière
Porte de l’église

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Armingaud, Mathieu, Calvet, Salvat, Boutounier, Barthès, Panabière, Benet, Bézia, Blanquier, Dalou, Dutard, Jouret, Pratx, Pujol, Sales.

Autres liens sur le site

Le pont de la Fou (carte postale ancienne)

Liens internet

Les Vignerons de Lesquerde

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O, je ne suis pas responsable des éventuelles erreurs)

À 39 km 300 de Perpignan. 206 habitants.
Productions : vin.
Fête locale : 15 août.
Curiosités : gorges de la Fou.
Syndicat d’arrosage. Coopérative vinicole.
Autobus de Lesquerde à St Paul deux fois par semaine, le mardi et le samedi.
Maire : Armingaud J. fils. Adjoint : Fabre Jean. Conseillers : Chaligio Léonce, Barthès Emile, Bousquet Jean, Salvat Charles, Combes Louis, Frontin François, Bézia Paulin, Berthomieu Alexandre.
Société de secours mutuel : l’Union.
Secrétaire de mairie : Marcerou.
Facteur : Meynier.
Institutrice : Mme Fabre.
Cantonnier : Bertrand Honoré.
Cave coopérative : Président : Armingaud Jean-Antoine.
Café : Barrière Augustin.
Entrepreneur : Barrière Augustin.
Épiciers : Estève Louis (Vve), Barrière Augustin.
Plâtriers : Abram M, Bournet M.
Hameaux : Métairie du Capitoul, Mas Cartougné.

Retour à la liste des communes
Index