Porta,

Porta

Voir la liste des communes

Restes du château de Carol
Le clocher de l’église paroissiale

Superficie et situation géographique

Porta est une vaste commune de 6519 hectares située en Cerdagne, dans le canton de Saillagouse. Son territoire est traversé par la rivière de Carol (ou de l’Aravó), mais aussi dans le secteur occidental, très étendu, par son affluent, la rivière de Campcardos. Il culmine au sud au Puig Pedros (2905 m.), point le plus élevé d’une ligne de crête séparant la France de l’Espagne. La limite occidentale, séparant la commune du territoire d’Andorre, est également très élevée, avec notamment le Pic Negre d’Envalira (2825 m.). C’est en dessous de ce pic que l’Ariège prend sa source, son cours servant de frontière pendant de longs kilomètres (l’Ariège passe notamment au célèbre Pas de la Casa). Outre le village de Porta, la commune comporte aussi le hameau de Carol et celui de Courbassil, situés tous deux près du Carol. La route qui longe la vallée de Carol permet soit de gagner Andorre par le Pas de la Casa et le Port d’Envalira, soit de rejoindre l’Ariège par le col de Puymorens (commune de Porté). Autre moyen de rejoindre l’Ariège : la ligne de chemin de fer qui, elle aussi, longe et parfois traverse la rivière.

À noter que la commune de Porta ne date que de 1837 (séparation d’avec Latour-de-Carol) ou, plus exactement, de 1860 (création de la commune de Porté, détachée du territoire de Porta).

Communes limitrophes : Latour-de-Carol, Porté-Puymorens, paroisse d’Encamp (Andorre), Guils de Cerdanya, Gers, Meranges (Maranges).

Première mention historique et origine du nom

Le lieu de Porta est mentionné en 1269. Équivalent du français porte, il désigne un passage, un col, l’entrée ou la sortie d’un défilé. Il s’agit ici de la sortie des gorges de la Fau, dont Porté constitue l’entrée. Carol désigne pour sa part un rocher ou un lieu rocheux. Quant à Courbassil, ou Cortvassil, c’est le domaine (cortis) de Vassilius, nom d’homme latin (première mention : Chortvassil au XIIIe siècle).

Les recensements

Année :

2008

1999

1990

1982

1962

1901

1841

Habitants :

98

71

91

125

402

939

1841 : le recensement inclut aussi Porté

Bref aperçu historique

L’histoire de la commune, c’est d’abord celle de la Vallée de Carol (la Vall de Querol), vaste bailliage appartenant aux comtes de Cerdagne, puis au domaine royal, d’abord catalan (puis espagnol), ensuite français à partir du traité des Pyrénées (1659). Voir la page de Latour-de-Carol pour la période allant du Moyen Âge au début du XIXe siècle.

Au Moyen Âge, le lieu le plus important de la vallée était Carol, avec son château servant de demeure au batlle (bailli). Il ne reste aujourd’hui de ce château que deux tours, dressées sur un grand rocher au bord de la route. Mais Coubassil était également un lieu important (dépendant du seigneur d’Enveitg au début du XIIIe siècle), qui avait le statut de paroisse. Le développement du village de Porta semble plus tardif (aucune mention connue de son église avant 1544), mais c’est lui qui devient peu à peu l’agglomération la plus importante. À noter que le grand juriste catalan Antoni Olibà (1534-1601 ?) est né à Porta, comme il le précise lui-même dans la préface d’un de ses ouvrages.

Le premier recensement correspondant à l’actuelle commune de Porta (séparée de Porté) date de 1861 : la population était alors de 548 habitants. Le déclin sera par la suite très important : 287 habitants en 1921, 148 en 1946. On est passé sous le seuil des 100 habitants en 1968 (96 habitants). Trop éloignée de la gare internationale, la commune n’a pas pu profiter des mêmes avantages que Latour-de-Carol ou Enveitg et au subi de plein fouet l’exode rural.

L’église paroissiale

Elle est dédiée à saint Jean Baptiste. C’est une construction du XIXe siècle, avec un joli clocher-tour terminé par un toit pyramidal. Elle abrite deux retables du XVIIIe siècle et diverses statues (XVIIe et XVIIIe).

Autres monuments et lieux à visiter

Entre Latour-de-Carol et Porta, deux haltes s’imposent : l’une au hameau de Courbassil, qui possède une petite église romane dédiée à saint Martial, conservant un retable de la Vierge du début du XVIIIe siècle (oeuvre possible de l’atelier Sunyer). L’autre à Carol, dont les deux tours, l’une éventrée, l’autre parfaitement conservée, sont les derniers vestiges de ce qui fut autrefois un important château. À noter que la tour la mieux conservée servait de porcherie au début du XXe siècle. En arrivant à Porta, on aborde le défilé de la Fau, où le cours de la rivière est beaucoup plus encaissé, dominé au nord par les ruines de la Tour Cerdane (commune de Porté). Le village de Porta est agréable, avec ses rues étroites. Il est le point de départ de diverses balades ou randonnées. La plus connue est sans doute celle de la vallée de Campcardos, qui permet d’atteindre la Porteille Blanche (limite entre Andorre, l’Espagne et la France), en passant par divers étangs.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Garréta, Ramonatxo, Barnole, Ribo, Vives, Olive, Marty, Duran, Rosé, Tasqué, Barrère, Colomer, Mouchard, Puig, Gavagnach, Manaut, Roser, Boyer, Vernis, Aymar, Goza.

1497 (Querol et la Vall) : Anthoni Armant (vicari), Guillem Balida, Pere Vives, Miquel Pont (consuls), Pere Rigat, Anthoni Blanch, Gaspar Tasquer, Johan Rigata, Francí Pauhul, Anthoni Andorra, Johan Franc, Bernat Armengol, Johan Tasquer, Johan Vallsera, Perre Martí, Bernat Adroher, Guillem Isern, Ramon Arbona, Pere Noguer, Guillem Vives, Johan Morella, Anthoni Longuart, Bernat Duran (de Salit), Andreu Carbó, Na Nichota.

Autres liens sur le site

Liens internet

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 118 km de Perpignan, à 73 km de Prades. 167 habitants. 1510 mètres.
Produits : seigle, foin, pommes de terre.
Curiosité : château féodal de Carol (M.H).
Fête locale : 24 juin.
Maire : Barrère Fr. Thomas. Adjoints : Rous E, Durand Jh. Conseillers : Olive, Carcassonne S, Gavanach P, Durand Jh, Garreta, Maureil Jh, Arnaud André.
Secrétaire de mairie : Barnole.
Receveur-buraliste : Garreta.
Curé : Laffont.
Receveur municipal : Jaulent.
Employé des PTT : Lautié.
Institutrices : Mlles Christau, Ribeil.
Cafés : Pujol Sauveur, Canal.
Charron forgeron : Frexes Raphaël.
Hôtels restaurants : Pujol, Canal.
Épiciers : Pujol Sauveur, Canal.
Laitier : Rousé Étienne.
Tabacs (débit de) : Garrèta Quentin.
Hameaux : Carol, Courbassil.

Retour à la liste des communes
Index