Prades,

Prada

Voir la liste des communes

La ville vue depuis le cimetière (route de Clara)

Superficie et situation géographique

Prades est une commune de 1087 hectares, chef-lieu du canton du même nom et sous-préfecture, considérée comme la capitale du Conflent depuis le XVIIIe siècle.

Communes limitrophes : Catllar, Eus, Los Masos, Clara, Taurinya, Codalet, Ria-Sirach.

Première mention historique et origine du nom

Prades est mentionné pour la première fois en 843 sous la forme villa Prata. Le toponyme a le sens de “prairie” (latin prata, ancien français pree, catalan et occitan prada). La forme francisée avec ajout d’un –s final, généralisée au XVIIIe siècle, peut sembler une hérésie. On notera pourtant qu’on la rencontre dans divers textes médiévaux : villa Pratas (888), ecclesia S. Petri de Prades (1118). Elle a toujours été cependant très rare.

Les recensements

Année :

2006

1999

1990

1982

1962

1901

1836

Habitants :

6221

5800

6009

6100

5676

3835

3013

Maximum : 6448 habitants (1975). Minimum : 2836 habitants (1831).
Ne sont pas pris en compte les recensements antérieurs à 1831.

Bref aperçu historique

À venir

L’église paroissiale

Dédiée à saint Pierre, c’était au départ une église romane, sans doute édifiée au XIIe siècle comme le très beau clocher-tour qui lui est accolé. Mais elle a été presque entièrement reconstruite au XVIIe siècle, dans un style qu’on a coutume d’appeler “gothique tardif catalan”. La construction, commencée en 1606 (pose de la première pierre), semble s’être achevée en 1749 (date figurant au bras nord du transept). C’est une très vaste église, mesurant 55 mètres de long depuis l’entrée jusqu’au fond de l’abside, d’une hauteur de 17 mètres. Son plan sera adopté par la plupart des églises construites à la même époque : une nef unique divisée en travées, dont l’une plus large que les autres, fait office de transept, le tout avec de nombreuses chapelles latérales. Le mobilier est exceptionnel, à commencer par le monumental retable du maître-autel, réalisé par Josep Sunyer entre 1696 et 1699, l’un des principaux chefs-d’oeuvre de l’art baroque catalan. Un Trésor a été mis en place autour du retable de saint Benoît (XVIe siècle), originaire de Saint-Michel de Cuixà. On y trouve notamment de nombreux et curieux reliquaires, ainsi que la statue gothique de Nostra Senyora de la Volta (XIVe siècle). Parmi les autres éléments mobiliers de l’église, notons le Christ noir (XVIe siècle), le retable du Christ (1681), ou encore ceux de la Trinité (1665), de saint Jean-Baptiste (vers 1700) et de saint Gaudérique (1714), ainsi qu’une belle Mise au Tombeau (atelier Sunyer, vers 1700, le Christ gisant étant pour sa part beaucoup plus ancien).

Le clocher
Saint Pierre (maître-autel)
Retable du Christ
Mise au Tombeau

Autres monuments et lieux à visiter

Très riche en marbre rose, la ville de Prades mérite une longue visite, en commençant par la place de la République, avec sa jolie fontaine et la maison Jacomet, à pans de bois, construite sans doute au XVe siècle (elle est mentionnée dans le capbreu de 1504). Non loin de la place, la maison de retraite (autrefois hôpital des Pauvres, l’ancien bâtiment ayant été hélas détruit) abrite une retable de la Vierge attribué à Honoré Rigau, ancêtre de Hyacinthe Rigaud (fin du XVIe siècle). Prades possède une autre église, un peu éloignée de la ville, celle de Saint-Martin de Canoà, édifice roman du XIe siècle dominant la Tet. Il y avait aussi une église dans le quartier du Peiró (ou Pérou), dédiée aux saints Côme et Damien, vendue à des particuliers au début du XIXe siècle : son souvenir est conservé par une niche abritant les statuettes des deux saints. Prades possède beaucoup de riches maisons bourgeoises, notamment le long de la rue du Palais de Justice, dont on ne voit que les portes, mais qui dissimulent des patios et des jardins souvent très importants. Toute la partie nord de la ville mérite aussi une visite, avec en particulier les lavoirs, eux aussi construits en marbre rose, malheureusement fermés par des grilles depuis quelques années.

La fontaine de la place
La maison Jacomet

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Roca, Bés, Rous, Sallettas, Marty, Laporte, Fabre, Aubert, Brunet, Serre, Avillac, Candès, Sicard, Simon, Patuel, Sollère, Calvet, Parès, Sobra, Glèzes, Puig, Oliver, Balnda, Casteil, Mas.

Les chefs de famille à Prades en 1504 (capbreu).

Autres liens sur le site

Cartes postales anciennes : dans les rues de Prades
Cartes postales anciennes : Prades au début du XXe siècle
Les chapiteaux de Cuixà (cartes postales anciennes)
L’usine Chefdebien (carte postale ancienne)
La tannerie Guitard et une boucherie (photos anciennes)
Fruits et légumes au marché de Prades (carte postale ancienne)
Place de l’église en 1902 (carte postale ancienne)
Pablo Casals à Prades
Trois hommes politiques à Prades au XIXe siècle

Liens internet

Le site de la commune
L’Office du tourisme
Site du festival Pau Casals
Association gymnique de Prades-Conflent
Renseignements sur la maison Jacomet
Site du lycée Charles Renouvier

Renseignements complémentaires

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O, je ne suis pas responsable des éventuelles erreurs)

À venir.

Retour à la liste des communes
Index