Py,

Pi

Voir la liste des communes

Une vue du village

Superficie et situation géographique

Py est une commune de 5086 hectares située en Conflent, dans la vallée de la Rotja, en amont de Sahorre. Le territoire, très montagneux, culmine à 2463 mètres au Pic de la Mort de l’Escolà, qui sert de limite avec les communes de Prats-de-Mollo et de Mantet. Plusieurs autres sommets approchent ou dépassent les 2000 mètres. C’est sur les flancs du Pic de la Mort de l’Escolà que se forme la rivière de la Rotja, à partir de plusieurs torrents montagneux. Son cours est très accidenté jusqu’à Sahorre. Le village lui-même, bâti sur une hauteur dominant la rive gauche de la rivière, se situe à une hauteur de 1030 mètres.

Communes limitrophes : Prats -de-Mollo, Casteil, Sahorre, Escaro, Nyer, Mantet.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 950 sous la forme Pino, qui apparaît dans tous les textes médiévaux (Pinum ou Pinu). L’évolution phonétique entraîne la chute du n final (Pi). L’apparition du y est tardive (XVIIIe siècle). Deux possibilités pour expliquer le nom : soit un lieu marqué par la présence d’un pin remarquable, soit plutôt le domaine de Pinus, nom de personne latin.

Les recensements

Année :

2004

1999

1990

1982

1901

1836

Habitants :

108

110

98

95

451

598

Bref aperçu historique

Le premier texte connu évoquant Py date de 950 : c’est une bulle du pape Agapet II confirmant à l’abbaye de Cuixà la possession d’un alleu in Pino. Mais la plus grande partie du territoire, avec l’église et le village, appartenait au Xe siècle à Sunifred, comte de Cerdagne, qui dans son testament daté de 965 en fit don au monastère de Sant Pere de Camprodon. Depuis cette date et jusqu’à la Révolution, c’est l’abbé de Camprodon qui a toujours détenu la seigneurie de Py.

En 1365, la population était évaluée à 28 feux, soit environ 120 habitants. Par la suite, les chiffres subissent une nette baisse, sans doute à cause des épidémies de peste : 10 feux en 1378, 8 en 1553. Ces chiffres sont cependant à manier avec prudence. L’essor démographique date du XVIIe siècle, et se poursuit jusqu’au milieu du XIXe, avec un maximum de 661 habitants en 1851. Par la suite, comme tous les villages montagneux du Conflent, Py est frappé par un exode rural très important : 287 habitants en 1926, 157 en 1946, 95 en 1982. Depuis cette date, le déclin semble enrayé et le recensement de 1999, avec un total de 110 habitants, semble plutôt satisfaisant pour l’avenir de la commune.

L’église paroissiale

Dédiée à saint Paul, c’est une petite église romane dont on sait qu’elle a été consacrée en 1022. La nef paraît être préromane, avec un chevet rectangulaire. le collatéral sud, la crypte et le clocher devraient dater du début du XIe siècle. Le mur sud est orné d’arcatures aveugles dites “lombardes”. Divers remaniements ont été effectués aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Autres monuments et lieux à visiter

Le village est un intéressant point de départ pour de nombreuses balades ou randonnées sur les chemins montagneux, à l’intérieur de la vaste réserve naturelle de Py (3930 hectares) instituée en 1984.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Calvet, Respaut, Pacouil, Santgerma, Pideil, Brouzy, Alabert, Rabat, Batiste, Fournols, Llopet, Giralt, Clastres, Corones, Benassac, Roux.

Autres liens sur le site

La route de Sahorre à Py (carte postale ancienne)

Liens internet

Site officiel de la mairie de Py

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 62 km de Perpignan, à 19 km de Prades, à 12 km de Vernet-les-Bains.
223 habitants.
Climat excellent pour les convalescents et malades à qui on recommande l’air des montagnes. Pas de vent. Luminosité extraordinaire.
Produits : bétail, haricots fins, pommes de terre, miel très fin parfumé d’un bon arôme de fleurs de montagne, réglisse etc.
Fêtes locales : 25 et 26 janvier ; Pentecôte (2 jours).
Foire : 1er dimanche de septembre.

Curiosités : beaux sites pittoresques pour excursionnistes. Chemin vicinal de Py à Prats-de-Mollo par le Pla Guillem, altitude 1200 mètres. Et chemin de Py à Mantet par ledit col, bifurcation du chemin qui conduit à Nyers par le pic de Tres Estelles à droite, et à gauche celui qui conduit par le Pla Segala, Camp Magre, Pic de Roquecouloum et Castabann (sic) en Espagne. Altitude : 2500 mètres environ.

Nombreux gisements de marbre blanc, très fin, pour statuaire, et chaux d’un blanc extra.
Monuments historiques : église, clocher Moyen-Âge.
Société mutuelle : Trois Étoiles.
Forêts de bouleaux, sapins, pins.
Maire : Colnet Sébastien.
Adjoint : Sangerma Antoine.
Secrétaire de mairie : Mlle Bonneil.
Curé : Henri Nègre.
Receveur municipal : Ayza, à Villefranche.
Facteur : Llopet Côme.
Institutrice : Mlle Ville.
Garde : Raspaud Louis.
Cantonnier : Devis.
Cafés : Laforgue Paul, Sangerma P.
Epiciers : Laforgue Paul, Arnaud.
Hôtel-restaurant : Laforgue Paul.
Journaux (correspondant de la Dépêche) : Llopet Isidore.
Maréchal-ferrant : Sangerma Paul.
Menuisier : Graciot Jean.
Plâtrier : Poujals Laurent.
Débit de tabacs : Pideil Et.
Vanniers : Giralt Jacques père et fils.
Château : le Casteil.
Hameaux : Fargues, Veynat.

Retour à la liste des communes
Index