Sahorre,

Saorra

Voir la liste des communes

Le village de Sahorre

Superficie et situation géographique

La commune actuelle, vaste de 1488 hectares, s’est formée en 1822 par la fusion des villages de Sahorre et de Thorrent. Elle se trouve en Conflent, au sud de Villefranche, dans la vallée de la Rotja. La rivière, appelée aussi rivière de Sahorre, devient paisible à la sortie du village, mais son cours est très torrentueux en amont (cf. la cascade de l’Enfer, à la limite avec Py), ce qui a permis l’implantation d’usines hydroélectriques. Le territoire s’élève fortement vers le sud, culminant au pic des Tres Estelles (2099 mètres), limite entre les communes de Sahorre, Py, Nyer et Escaro. Autre sommet important : le pic des Mates Roges (ou Mattes Rouges), limite entre Sahorre, Py et Casteil (1745 mètres). Nous sommes sur les contreforts du Canigou, et, comme dans bien d’autres communes voisines, on trouve des mines de fer, sur lesquelles on reviendra plus bas. Il y a aussi de nombreux secteurs boisés, notamment vers le col de Jou (1125 mètres) et à Thorrent (forêt domaniale des Tres Estelles).

Communes limitrophes : Py, Nyer, Escaro, Fuilla, Vernet-les-Bains, Casteil.

Première mention historique et origine du nom

Le nom apparaît au Xe siècle sous les formes Savora, Savorra (932, 953) puis Saorra (950, 962), ou encore Sahorra (966, 995). On admet généralement comme origine le latin saburra, dérivé de sabulum (= sable). Sahorre serait donc au départ un lieu sablonneux.

Le village de Thorrent (en catalan Torèn) n’a rien à voir avec un cours d’eau. Il est écrit Toresin en 901, Toresindum en 950. Le toponyme désigne le domaine de Thurisind, nom de personne d’origine germanique.

Les recensements

Année :

1999

1990

1982

1901

1836

Habitants :

353

335

359

753

630

Bref aperçu historique

Au Moyen-Âge, plusieurs établissements religieux ont possédé des biens à Sahorre (monastères de Cuixà, Camprodon et St Martin du Canigou), mais la seigneurie était détenue par les comtes de Cerdagne, puis par le domaine royal. Donnée première fois à Guillem de So en 1260, cette seigneurie fut vendue en 1381 à Bérenger d’Oms, qui venait d’acheter Thorrent et Mantet en 1378. La famille d’Oms fut dépossédée de tous ses biens en 1682. Au XVIIIe siècle, Sahorre, Thorrent et Fuilla appartenaient à la famille du Bois de Boisambert, dont le dernier représentant mourut sans héritier en 1779.

Le fer était exploité à Sahorre depuis des siècles, comme le montre le lieu-dit els Meners (les mines), au nord-ouest de la commune. Deux gisements importants : celui des Meners, et aussi celui de Thorrent. Ils ont été exploités de façon intensive à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, quand le haut-fourneau de Ria a supplanté les forges catalanes. Les mines ont fermé au milieu du XXe siècle. On a ensuite extrait de la fluorine, mais là encore l’activité a cessé ces dernières années. Sahorre et Thorrent vivent aujourd’hui de l’agriculture (pommes renommées) et de l’élevage. La population a connu une forte hausse au XIXe siècle, atteignant un maximum de 826 habitants en 1881. Jusqu’à la fermeture des mines, elle s’est maintenue au-dessus du seuil des 500 habitants. Ils étaient encore 626 au recensement de 1962 (année de la fermeture). La chute a ensuite été brutale, et aujourd’hui un peu plus de 300 habitants vivent sur la commune.

L’église paroissiale

Dédiée à saint Cyprien, l’église paroissiale est un petit édifice sans grand intérêt situé dans le village. Mais la “véritable” église de Sahorre, aujourd’hui désaffectée, se trouve sur une petite butte dominant le village. C’est un édifice roman construit au XIIe siècle, dont l’abside semi-circulaire est particulièrement remarquable : outre sa décoration d’arcatures aveugles en dessous d’une frise en dents d’engrenage, on admirera sa fenêtre en marbre avec quatre colonnes à chapiteaux surmontées d’archivoltes. Autre élément intéressant : le beau clocher-tour quadrangulaire à trois niveaux, avec des baies géminées surmontées d’arcs aveugles.

Autres monuments et lieux à visiter

Après avoir visité le village de Sahorre, il faut bien sûr aller à celui de Thorrent, auquel on accède depuis la route d’Escaro. Au-dessus des habitations, la petite église romane de Sainte-Croix est un charmant bâtiment recouvert de lloses, restauré récemment. Toujours plus haut, se dresse le château de Thorrent, avec son grand donjon quadrangulaire et sa tour cylindrique. En continuant le chemin, on arrive au “tambour” de Sahorre, grand cylindre de bois où était enroulé le câble permettant le transport du minerai de fer en wagonnets.

Autre monument incontournable, la tour de Goa, à la limite avec le territoire de Casteil. Mentionnée au XIVe siècle, cette tour à signaux cylindrique a été restaurée en 1990. Les encadrements des ouvertures sont en marbre blanc. La façon la plus simple d’y accéder est de prendre la piste goudronnée partant de Casteil et allant jusqu’au col de Jou. De là, un chemin mène à la tour.

D’autres balades et randonnées sont possibles. Les marcheurs aguerris pourront notamment faire le Tour du pic des Tres Estelles, accessible depuis Escaro ou depuis Py.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Llopet, Thourent (Thorent), Arnaud, Alabert, Vidal, Parent, Berjoan, Laporte, Llabour, Santgerma, Courriu, Fabre, Sicart, Forgues, Izopet, Paulo, Sola, Uteza.

1497. Sahorre : Altarriba (de), Baró, Bayona (de), Berno, Bruch, Cerdà, Cerdera (Vve), Cudra, Gay, Gord, Goret. Hos, na Manda (Vve), Mas, Modorro, Negre, Oliba, Porqueró, Rabell, Ramer, Ripoll, Soda, Tararach, Tender, Tosque, Vaca (de la). Thorrent : Torèn (3 familles), Mascharó (2 familles), Vidal, Volona (Vve), Feliu, Cinta, Tauler.

Autres liens sur le site

Cartes postales anciennes : villages autour de Villefranche

Liens internet

Photos de la tour de Goa

La commune en 1937 (annuaire-guide des P-O)

A 55 km de Perpignan, à 13 km de Prades, à 14 km d’Olette (chef-lieu de canton). 621 habitants. 1488 hectares. Altitude : 670 mètres.

Produits : mines de fer, céréales, vins, fruits, pommes de terre. Spécialité de pommes et de poires très réputées pour leur saveur et leur conservation.

Curiosités : église romane, tour de Goa, château féodal de Thorent.

Société mutuelle : La Capsole.

Fêtes : Trinité, 15 et 16 août, 25, 26 et 27 décembre. Foire : quatrième dimanche de décembre.

Maire : Thorent Louis. Adjoint : Sangerma Augustin. Conseillers : Vidal P, Baptiste Fr, Sabary B, Thorent A, Bouzan J, Jaulent M, Brucard V, Grimaud L, Pons H, Daura Jh.

Receveur buraliste : Blad. Instituteurs : Alquier, Manyères. Institutrices : Mme Alquier et Mlle Llopet.

Autobus : Cayrol Pierre, Nicolau Alexandre.
Bouchers : Bigorre, Xiffre.
Boulangerie : Grau.
Cafés : Radondy, Batlle.
Coiffeurs : Bouzan, Colomb.
Couturières : Vidal, Edo, Broc.
Epiciers : Acézat, Abeille d’Or, Noguès, Moné.
Hôtels : Radondy, Maria, Batlle.
Menuisiers : Llopet, Vantalo.
Mines : Société des Mines de la Têt.
Nouveautés : Thorent, Vignals L.
Serrurier : Ventalo fils.
Transports : Cayrol, Nicolau.
Vins : Laporte, Nicolau, Vidal.

Retour à la liste des communes
Index