Trouillas,

Trullars

Voir la liste des communes

Porte fortifiée du vieux village

Superficie et situation géographique

Trouillas est une commune de 1701 hectares située dans la plaine du Roussillon, non loin des premiers contreforts des Aspres. Presque entièrement planté en vignes, son territoire est traversé par la Canterrane, rivière qui y forme toute une suite de méandres (c’est dans l’un de ces méandres que s’est implanté le village). Autre cours d’eau : le Réart, qui sert de limite au sud avec les communes de Passa et Villemolaque. Outre le village proprement dit, on peut noter la présence de plusieurs mas dont les plus importants sont le Mas Deu, autrefois commanderie des Templiers, et le mas de Canterrane. Le territoire de Trouillas est traversé par de nombreuses routes, en particulier l’autoroute d’Espagne. On accède au village depuis la route de Thuir à Elne. Trouillas est également le carrefour de routes menant à Ponteilla, Terrats, Fourques et Villemolaque. Signalons qu’il y a eu au Moyen-Âge des zones marécageuses, dont quelques toponymes gardent le souvenir : Estany Dalt, Estany Baix, sur la route de Fourques, l’Estanyol près du mas de Canterrane.

Communes limitrophes : Ponteilla, Villemolaque, Passa, Fourques, Terrats, Thuir.

Première mention historique et origine du nom

Première mention en 844 sous la forme Truliars, puis Trullars dès le XIe siècle (1091). Le toponyme vient du latin torcular, torcularis, qui désignait un pressoir. Autrement dit, la viticulture aurait été présente à Trouillas dès les origines du village. Notons cependant qu’il peut très bien s’agir aussi d’un pressoir à olives.

Les recensements

Année :

1999

1990

1982

1901

1836

Habitants :

1434

1277

1144

1215

640

Bref aperçu historique

Le premier acte connu concernant Trouillas date de l’an 844 : Rotruda, veuve d’Alaric, comte d’Empúries, cède à son fils Oriol le village ainsi que les divers hameaux qui en dépendent : Lintexetum, Taraccarias, Lanetellum (trois lieux impossibles à situer) et Ceceranum (aujourd’hui Sant Salvador, siège d’un petit monastère au XIIe siècle). Par la suite, Trouillas passera aux mains de l’évêque d’Elne, la seigneurie étant encore détenue par le chapitre de l’église d’Elne à la veille de la Révolution.

Le Mas Deu semble avoir d’abord fait partie du territoire de Villemolaque. Il fut donné aux Templiers vers 1133, devenant la principale commanderie de l’ordre en Roussillon. Après la dissolution de ce dernier (1312), tous les biens des Templiers du Mas Deu furent gérés par les Hospitaliers de Saint-Jean, qui conservèrent le Mas Deu jusqu’à la Révolution. En 1793, le lieu vit se dérouler une importante bataille où les troupes espagnoles de Ricardos mirent en déroute celles du général français Dagobert. Le Mas Deu devint au XIXe siècle le centre d’un important domaine viticole appartenant à la famille Durand, puis fut morcelé au XXe siècle. On trouvera de plus amples renseignements sur le site de la mairie de Trouillas.

Toute l’histoire contemporaine de Trouillas est liée à la vigne. C’est elle qui explique l’important essor démographique de la seconde moitié du XIXe siècle (la population ayant doublé entre 1836 et 1901). Malgré les diverses crises viticoles, les vignerons de Trouillas ne se sont jamais découragés, créant en 1927 l’importante cave coopérative qui domine le village depuis la route de Thuir. A signaler qu’au début du XXe siècle le village était un important producteur de chasselas.

L’église paroissiale

Dédiée aux saint Assiscle et Victoire (voir la page de Fosse pour l’histoire de ces deux saints), c’est un édifice d’origine romane profondément modifié au fil des siècles, en particulier au XVIIIe siècle (la date de 1776 figure au dessus de la porte d’entrée). A noter plusieurs retables baroques de qualité, en particulier celui du maître-autel, oeuvre de Joan Pere Giralt (fin XVIIe siècle), dont on admirera surtout la prédelle, avec des scènes du martyre des saint Assiscle et Victoire.

Autres monuments et lieux à visiter

Le village est en soi un lieu intéressant de promenade, tant la diversité des constructions y est grande, depuis les riches villas bourgeoises à l’entrée jusqu’au quartier des petites maisons de viticulteurs, toutes en briques dans des rues tracées au cordeau. On regrettera que le cours de la Canterrane soit aujourd’hui presque toujours à sec, mais là encore les constructions permettent de deviner la présence autrefois d’un important quartier artisanal le long de la rivière. Bien entendu, il faut pénétrer dans la petite enceinte fortifiée, où se trouvent l’église et des vestiges de remparts.

Autre but de promenade, le Mas Deu (propriété privée), avec sa petite église d’origine romane dédiée à la Vierge et d’importants restes des fortifications médiévales.

Les noms les plus portés en 1841 par ordre d’importance

Autres listes de noms

Cutzach, Blay, Lacase, Bonafos, Bertrand, Marty, Picas, Poursubire, Oliver, Taurignia, Faliu, Llobet, Ribère, Capdet, Lacombe.

1497 (liste incomplète) : Fulquer, Ramon Raynant, Guillem Julià, Amorosa (Vve), Na Luciana (Vve), Na Martera (Vve), Catharina, Johan Bertran, Lorent Albert, Pere Anthoni Noguer.

Autres liens sur le site

Cartes postales anciennes : Trouillas et Villemolaque

Liens internet

Site de la commune de Trouillas
Le domaine de Canterrane

La commune en 1933 (almanach-annuaire des P-O)

Altitude : 77 mètres. 1645 hectares. 1278 habitants. A 12 km de Perpignan. Fête locale : 17 novembre, 1er dimanche de mai.

Maire : Cols Joseph. Adjoint : Zalqué Pierre.
Docteur : Galinier Paul.
Pharmacien : Ferrer Raphaël.
Sages-femmes : Mmes Maillols, Lacaze.
Receveur-buraliste : Barboteu Paul.
Instituteur : M. Taillade. Institutrices : Mme Taillade, Mlles Huc, Fayolle, Mme Amillat.
Curé : M. Fourné.
Sociétés de secours mutuel : La Saint-Sébastien, L’Union. Autre société : La Libre Pensée.
Cave coopérative : Cave coopérative de vinification.
Moyens de transports et horaires : Autobus Utzi, départs de Fourques 7 h, 12 h 45 ; départs de Perpignan : 11 h, 17 h.
Bottiers : Rutlland, Palanque.
Bouchers : Fabre Vincent, Vve Serre.
Boulangers : Solet, Doutres P.
Bourreliers : Modat, Coma.
Camionneur : Noury Assiscle.
Charcuterie : Bonecaze Jean.
Charron : Sala Jérôme.
Coiffeurs : Vaills Sauveur, Selva, Jouanolle.
Couturières : Mmes Salles, Vve Bertrand.
Entrepreneurs : Noury frères, Noury Joseph.
Epiciers : Coll, Pagès, Prats, Tournier, Vve Aniort, Barrière Michel, Docks Méridionaux, Coopérative d’Alimentation, Union des Coopérateurs.
Ferblantiers : Malet Augustin, Delclos Marcelin.
Forgerons : Durand Justin, Bosch Jh, Brou Jacques.
Horloger : Vaills Sauveur.
Jardinier : Canal.
Limonadiers : Just Henri, Noury Joseph.
Maçon : Jean Roger.
Marchand ambulant : Coll J.
Menuisiers : Roigt Comes, Vve Vaqué, Pacull Aimé.
Mercerie : Saurac Lucien.
Peinture et vitrerie : Ribeil.
Pension bourgeoise : Pujol P.
Pharmacien : Ferrer.
Photographie : Coderch M.
Produits agricoles : Batlle P.
Repasseuse : Mme Vve Désoris.
Sages-femmes : Thérèse Maillols, Pierrette Lacaze.
Tartre et lie de vin : Nègre.
Vins : Pagès A, Roger, Pujol J, Trilles F.

Retour à la liste des communes
Index